· 

Mariage et coronavirus : comment les wedding planners gèrent le stress des futurs mariés

Mariage et coronavirus : comment les wedding planners gèrent le stress des futurs mariés

MARIAGES - La saison estivale sonne de façon très particulière pour les mariages en cette année 2020. Alors qu’un cluster s’est formé à Annecy à la suite d’un mariage dans un bateau, l’inquiétude est palpable chez les wedding planners. 

 

Nombreux sont les couples avoir dû reporter ou annuler leur cérémonie lors du confinement et les mois qui ont suivi, par précaution. “Beaucoup ont préféré reporter leur mariage, car la famille, les témoins ou les amis venaient de l’étranger et ne pouvaient pas venir en France”, explique au HuffPostl’organisatrice de mariage Estelle Monnot de MC2 Mon Amour. Cette dernière a dû reporter tous ses mariages jusqu’à l’an prochain afin de ne pas être surprise par d’éventuels rebonds de l’épidémie. De son côté, Julie Gane de Life is Beautiful a également misé sur la sécurité et a reporté 90% de ses mariages de la saison à 2021, car “ce qui est arrivé à Annecy peut arriver dans n’importe quel mariage”.

 

Mais les embûches créées par la pandémie n’ont pas découragé tous les futurs mariés. Certains couples ont tenu à maintenir le “plus beau jour de leur vie” cette année ou à le décaler après le déconfinement. C’est pour réaliser les rêves de leurs clients malgré une crise sanitaire qui n’en finit pas que les quatre wedding planners que nous avons sollicités ont dû s’adapter et trouver des solutions à des problèmes qu’ils n’avaient jamais imaginé se poser.

“Une épée de Damoclès au-dessus de la tête”

2 Oui Pour 1 Non, Com’Une Orchidée, MC2 Mon Amour et Life is Beautiful ont pour mission d’organiser la journée de mariage idéale pour les couples qui les sollicitent. Mais, ces derniers mois, la tâche s’est avérée beaucoup plus ardue que d’habitude. En plus d’avoir vu leur chiffre d’affaires baisser -“environ 30% pour moi”, confie Daisy Parnis, de 2 Oui Pour 1 Non, ces weddings planners doivent désormais jongler entre les mesures imposées par la crise sanitaire et les exigences de leurs clients.

 

C’est très particulier d’organiser un mariage en ce moment. En plus des paramètres habituels, il y a de nombreuses choses nouvelles à prendre en compte. Il faut aussi parfois rassurer, voire consoler les futurs mariés face aux changements inévitables que les cérémonies ont dû subir”, explique Sybille Fourny de Com’Une Orchidée. Au stress inhérent à ces moments où la dimension humaine est primordiale, les mariages de la période Covid créent de nouvelles inquiétudes. 

L’ambiance n’est clairement pas la même que d’habitude: les mariés sont inquiets, ils ont peur de créer des contaminations parmi leurs invités, des clusters comme à Annecy, de voir leurs proches tomber malades... Et paradoxalement il y a aussi cette frustration tenace de ne pas pouvoir s’embrasser, danser tous ensemble, faire la fête. Après tout, c’est leur grand jour, c’est un investissement de temps, d’argent, d’efforts et ils veulent que l’événement corresponde à leurs attentes. Mais il y a comme cette sensation d’avoir une épée de Damoclès au-dessus de la tête”, résume Sybille Fourny. 

 

Même son de cloche pour Daisy Parnis: “Les gens osent à peine s’embrasser, parfois ce sont les invités eux-mêmes qui mettent la pression aux mariés en leur demandant pourquoi ils ont maintenu le mariage avec tout ce qu’il se passe. Certains décident de ne pas venir. Cela ne correspond pas vraiment au jour heureux auquel on s’attend”.


“S’ils veulent une piste de dance, ils l’auront”

Cette réalité est difficile à accepter pour les mariés. Nos interlocutrices rapportent qu’il est fréquent que leurs clients refusent que leurs invités portent des masques, par souci d’esthétisme. “C’est vrai que sur les photos c’est un peu moins joli, glisse Julie Gane de Life is Beautiful. Mais dans les lieux privés, on ne peut rien leur dire, on applique les mesures de base; pour le reste, le client est roi”. 

 

Parmi ces mesures: port du masque obligatoire pour tous les prestataires - comme le traiteur et les serveurs par exemple, gel hydroalcoolique mis à disposition sur les tables plus espacées, réduction du nombre d’invités, bancs vides alternés dans les lieux de culte.

“Mais dans les faits, il y a systématiquement une piste de danse, glisse l’une des organisatrices. C’est dans un lieu privé et que les mariés veulent un espace pour le bal, ils l’auront malgré tout.”

Facebook
Facebook
Instagram
Instagram
Youtube
Youtube
Soundcloud
Soundcloud
MixCloud
MixCloud
Podcast
Podcast